X

Tragédieslogo

Parce que la communication est un drame

  • Nous suivre sur :

Après une année record en 2015, Havas demande encore un effort à ses salariés

Posté le 13 mai 2016

Le groupe Havas a clôturé l’année 2015 avec une croissance exceptionnelle (source : Stratégies). Détenu à 72% par le groupe Bolloré après une OPE en janvier 2015, Yannick Bolloré a estimé que cette croissance record n’était malgré tout pas suffisante pour rétribuer le(s) actionnaire(s) du groupe de manière convenable.

Comme chaque année depuis 2001, un email interne a été envoyé aux salariés, avant les entretiens annuels, pour les préparer à une nouvelle année sans augmentation. Fait nouveau cette fois-ci, la direction prévient «d’un pilotage plus restrictif des rémunérations, passant par une phase volontaire d’auto-limitation» afin de «maintenir le niveau de rémunération du Groupe par rapport à ses market comparables» – ce que certains salariés ont tout de suite interprété comme une demande de baisser volontairement leurs salaires.

« Il est important que les salariés comprennent que notre préoccupation première est de sécuriser la rémunération des actionnaires, qui prennent beaucoup de risques en investissant sur Havas. Cela peut se traduire ici et là par des taux de rémunération horaire faibles et en baisse, mais c’est la condition pour progresser dans la meilleure agence de la place », nous confie un employé des ressources humaines du groupe qui n’a pas souhaité être cité nommément.

Charlotte F., directrice conseil chez Havas Paris depuis 9 ans, n’a pas hésité à baisser son salaire à la suite de la demande du groupe, et nous explique qu’il est normal pour elle de faire passer le bien-être des actionnaires avant son bien-être personnel :

Cela fait des années que mon salaire n’a pas bougé. Quand on nous a demandé  a demi-mot de baisser notre salaire pour aider la croissance du groupe, j’ai sauté sur l’occasion

Pour 2016, Yannick Bolloré prévoit encore une belle croissance. Les salariés du groupe réussiront peut-être cette année à conserver leur salaire actuel. L’idée d’une augmentation potentielle n’est pas encore envisagée.

Vous aimerez aussi