X

Tragédieslogo

Parce que la communication est un drame

  • Nous suivre sur :

Branding : le pourpre à l’honneur, l’helvetica en baisse

Posté le 31 mai 2016

Lors de la dernière rencontre du club des directeurs de création, au Silencio à Paris, l’essentiel des conversations portaient sur les tendances du branding. Décryptage indiscret dans les coulisses des identités de demain.

La bonne tendance

Loin de la polémique sur «les goûts et les couleurs» et les inspirations qui frisent la pompe pour les nouveaux logos, la vraie préoccupation reste bien de surfer sur la bonne tendance. « Franchement être précurseur, ça sert à rien, personne n’achète. Je n’ai pas envie d’être le premier à remettre du jaune canari », nous explique l’un des DC présents, sous le couvert de l’anonymat.

Sortir du graissage, remettre des espaces ?

« 90% de nos clients sont passés à l’accolage et graissage, l’espacement c’est trop mou, ça flotte et ça inquiète », nous indique Olivier Pouzac, Brand Digital Manitou chez Marcos. Mais maintenant que la tendance est bien affirmée, il avertit :

Ceux qui seront remettre du jeu dans la composition vont remporter les prochaines compètes.

Comprendre : la bonne barre d’espace va reprendre du service !

Helvetica à la peine ?

Plus personne n’en veut ! C’est l’avis unanime. « A part quelques graphistes juniors qui se trimballent avec des tee-shirts Helvetica, tout le monde sature », nous dit Laure Deruela, DC chez TenanceTypo. La solution ? Les polices sur mesure, et aussi un certain sens de l’a-propos. « Vous allez voir que le ComisSans va faire son grand retour », glisse la même. Ça tombe bien, chez Tragédies, on aime trop.

Couleurs : circulez, on reste au mauve

D’abord, ne dites pas mauve, mais pourpre. « Le pourpre, c’est le pouvoir, ça flatte nos clients », traduit Thomas Bangbang, Senior Creative Director chez Havas 361. Pas étonnant que la tendance demeure dans les prochaines années, même si la consumérisation du corporate pourrait altérer un peu les codes. « On nous demande des trucs plus joyeux, forcément on booste le rose, même si c’est criard et vulgaire », confirme notre DC anonyme.

Vous aimerez aussi