X

Tragédieslogo

Parce que la communication est un drame

  • Nous suivre sur :

Document exclusif : le media training de François Fillon !

Posté le 2 février 2017

Nous sommes le 26 février, dans un cossu hôtel particulier du XVIIème arrondissement de Paris, dans lequel Anne M., une consultante en communication réputée de la place de Paris a ses bureaux. La situation est tendue : François Fillon accuse le coup des révélations du Canard sur l’emploi de Penelope, son épouse, il ne décolère pas. Face à lui, sa conseillère en communication, à la fois une amie du couple, de l’homme, mais aussi une des consultantes les plus aguerries en communication de crise de la place, doit tenir son rôle : celui d’une amie, mais aussi d’une redoutable stratège, dans un moment de crise unique.

L’objet de la réunion est courant dans la communication : il s’agit d’un media training, une séance de préparation aux questions que Gilles Bouleau, le soir, va poser au Premier Ministre devant des millions de Français. Tragédies, qui s’inscrit de manière résolue dans le champ du journalisme d’investigation (contrairement à ses concurrents, volontiers passe-plats), a eu accès à l’enregistrement de l’entretien grâce au majordome d’Anne M., en bisbille pour une histoire de primes.

Les coulisses de la com politique la plus pointue

Voici donc un document exclusif, que nous avons partiellement retranscrit. C’est à la fois un document extrêmement utile pour comprendre l’actualité et la stratégie du candidat, et un outil à mettre entre toutes les mains des professionnels de la communication : un ancien Premier Ministre préparer un moment clé de communication politique avec la meilleure professionnelle française dans le domaine, écoutée de tous les patrons et redoutée de tous les journalistes.

Nous vous livrons les pièces retranscrites, de manière brute. Certains passages partiellement inaudibles ont été repris comme tels, d’autres ont été anonymisés. C’est un document qui marquera l’histoire, à un moment clé d’une des élections les plus rocambolesques de l’histoire de France !

Anne M

– Alors mon François, on te fait des misères ?

François Fillon

M’en parle pas. Ces salauds de bolcheviks, ces fouille-merdes. Cette salope. Penelope est effondrée, elle se sent responsable. C’est juste pas possible, alors que tout se passait si bien. Je vois très bien qui est derrière tout ça, et je ne vais pas me laisser faire. Dis-moi ma belle Anne, comment tu vas faire pour sauver tout ça ?

Anne M

C’est dur, hein ? C’est toujours très dur. Quand ces petits cons et ces petites connes sortent des trucs aussi insignifiants, ça a le pouvoir de vous foutre par terre. Tu as pleuré, François ?

FF

Pleuré ? Mais ça va pas ? Je n’ai rien fait d’illégal ! Enfin merde, j’ai surtout envie de cogner et de rendre les coups, tu vois ! La petite, là, de son VIIème arrondissement, qui se croit tout permis, les mecs du Canard qui disent n’importe quoi. Tout ça sur Penelope, je te jure, ma Péné, ma petite Péné ! Pleurer ? Tu me connais mal.

AM

OK. Tu as du cuir. Il va t’en falloir. Mais va falloir aussi arrêter de se la raconter.

Alors mon coco, on va poser les règles tout de suite. T’es dans la merde, jusqu’au cou, mon pote. Penelope a bon dos, et tu as une probabilité assez nette de ne pas t’en sortir. La boîte de Pandore est ouverte, et ils vont tout scruter, ces fouille-merdes de gauchistes, en se faisant plaisir pour te lyncher comme l’aristo de la belle époque que tu crois être. A l’heure qu’il est, jusqu’au moindre pigiste web de la dernière rédaction de Paris est en train de voir s’il n’y a pas une trace de frein dans un de tes vieux slips. Donc va falloir prendre la mesure du sujet, mon grand.

FF

Quoi ? Tu crois qu’ils vont aller plus loin ? Mais y a rien à voir ? Rien du tout !

AM

Alors ça, on va en parler, et c’est le premier sujet, d’ailleurs. Tu as quoi d’autre à cacher, mon François ? Si tu ne sors pas tout en faisant acte de contrition ce soir, c’est mal barré. Vas-y, balance la valda. J’en ai vu d’autres, mon pote, tu peux chauffer, tout me dire. Le cul, les putes, les pipes, la drogue, les dessous de tables, les commissions occultes, j’ai bossé sur pire que les Balkany, je m’en effraierai pas. Mais soyons clairs : si tu veux que je t’aide, faut que tu me dises tout.

FF

Tout ? Mais y a rien. Des broutilles. Regarde, Péné, ils l’emmerdent pour deux notes faites à une revue et des déj d’amis à Marc : elle a pas le droit d’avoir un avis intéressant, ma femme ? Des trucs comme ça, c’est quand même pas un problème ?

AM

Chez mes clients, ce n’en est pas. Quand XXXXXXXXX (anonymisé par la rédaction, NDLR) file un cacheton mirobolant à la femme de XXXXXXXXX (anonymisé par la rédaction, NDLR), pour qu’il lui file un coup de main, c’est pas un souci, parce qu’ils sont juste potes, et dans le privé. Là, mec, t’étais Premier Ministre, et lui il dirigeait une agence de notation qui notait ta dette. Tu vois le topo ?

FF

Tu vois le mal partout ! Faut quand même vivre, merde ! Péné s’ennuie, les gamins ont grandi, les chevaux, c’est plus son truc, faut qu’elle ait du boulot, un peu ! … Bon, y a une seule histoire, je pense : j’ai aussi embauché mes enfants. C’était rien, hein, dans les 50.000 balles, à peine, pour payer leurs études.

AM

Qui ça ? Marie et Charles ? (grognements) OK. C’était quand ? (inaudible) Ah ok. Bon, écoute, ils sont avocats, non ? Tu vas dire tout simplement que tu leur as filé des honoraires sur leur compétence d’avocats. Un député, ça a besoin d’avocats, de conseils juridiques, pour faire la loi, tout ça. Ça va passer tranquille, d’autant que les gens aiment bien quand un mec s’occupe de sa famille. Tu as quoi d’autre ?

FF

Mais j’ai rien du tout ! Rien d’illégal ! Regarde, ma boîte, là, pour les conseils et les conférences, FF conseil, là. Ben, je l’ai créée tranquille juste avant d’être élu député. C’est parfaitement légal !

AM

OK. Cool. Si c’est légal, c’est béton. Mais tu fais du business avec qui sur cette boîte ? C’est pas un peu touchy quand même ?

FF

Oh rien, des broutilles. Ça me ramène même pas 100 briques dans l’année. Quelques missions ici ou là, une place au board de la boite de René, qui me doit bien ça, quand même, quelques conférences avec les Russes, une ou deux missions ici ou là, honnête, pas de quoi fouetter un chat. A mon avis, tu rigolerais bien de mes honoraires, ma belle, vu tes tarifs !

AM

Mes tarifs ne regardent que mes clients. Mais à toi mon François, je te fais un prix ! Avec toi, c’est spécial ! Faudrait pas qu’on m’accuse de corruption parce que je te fais une réduction de dingue par rapport à mes autres clients, dis donc !

FF

Oh ça va hein, conseiller le futur président, c’est bon pour ton business, ça, ma cocotte ! C’est un bon investissement ! Et t’es pas gratos non plus !

AM

Ouais justement, faut qu’on se débrouille pour que tu le deviennes, président. Bon, on s’y remet. Tu me jures que t’as rien d’autre ? Si tu as, on te fait des langages, je mets une petite sur le sujet, hein, c’est pas compliqué.

FF

Non, ça va, t’inquiète, y’a rien, rien, rien du tout. Des pacotilles, pas de quoi tenir le pays en haleine, hein. Bon, je lui dis quoi, moi, à Gilles Bouleau ?

AM

Bon, Gilles, c’est simple, il est borné et un peu bête. Alors tu vas tout de suite le prendre en agressif hautain. C’est le meilleur moyen de le poser là, dans son rôle de plante verte qu’il n’aurait jamais dû quitter ! Hahahaha, je me fais trop rire moi-même !

FF

Faut dire qu’il a pas inventé l’eau tiède. Donc je le tape en direct en mode je suis outré, c’est une honte, les boules puantes, l’honneur d’un homme, etc. ?

AM

Oui. Tu fais le mari protecteur, surtout. Genre s’attaquer à ma femme, tout ça. Madame Michu, elle adore ça, le mec qui défend sa femme. T’en rajoutes comme il faut. C’est pas toi qu’ils attaquent, c’est ta femme, et tu mets tes deux boules sur le bureau du 20h pour montrer que t’es un chevalier qui la défendra.

FF

OK, bah, ça va bien se passer alors.

AM

Oui. Ah, et tu surprends tout le monde en balançant pour tes fistons, là. Hop, genre je n’ai rien à cacher, ils n’y verront que du feu. Et en expliquant que c’est normal, tout ça, avec beaucoup d’aplomb.

FF

Cool. Passif agressif un peu quand même ?

AM

Oui, toujours. Pas aussi agressif que Sarko et son « c’est une honte », là. Vas-y mollo, mais vas-y sur les boules puantes, les officines, les manips. Et, hop, tranquille.

FF

OK. Cool. Trop merci pour tout ça Anne, t’es vraiment la meilleure.

AM

Je t’en prie mon François. Un passage au 20h, et le feuilleton est terminé. T’inquiète, aussi, j’ai mis mon équipe internet sur le coup : ils vont te nettoyer tout ça sur les réseaux sociaux. Et de toute façon, t’inquiète pas, hein je les tiens tous, les journalistes, par les couilles !

FF

Allez bisous, j’ai un call avec Vladimir.

AM

À plus mon grand, prends soin de toi, Et bises à Péné, hein!

– – Fin de l’enregistrement – –

Vous aimerez aussi