X

Tragédieslogo

Parce que la communication est un drame

  • Nous suivre sur :

Enjoy P. : « Non, je n’ai pas pris la grosse tête »

Posté le 3 juin 2016

Ses revenus faramineux, ses partenariats, ses émissions…  Sous un feu de critiques de plus en plus nourri depuis quelques temps, la youtubeuse beauté la plus influente de l’Hexagone ne lâche rien. Rencontre.

« Vous savez, j’ai un rapport très sain aux marques qui me sponsorisent. » Jeune fille adulescente au visage encore poupin malgré un contouring à en faire pâlir d’envie Kim Kardashian, Enjoy P.* fait preuve d’un aplomb assez rare pour son jeune âge – 21 printemps.

Au coeur d’une polémique sans précédent, critiquée par de plus en plus d’internautes comme de consoeurs, lâchée par ses followers de toujours qui trouvent « beaucoup trop chers » ses nouveaux produits, en partenariat avec la marque Thank You Handy*, et qui lui reprochent d’avoir laissé tomber son émission pour M6 « Rose Tapis »*, cette Parisienne d’origine peut tout de même compter sur le soutien indéfectible de sa famille. « Ma mère m’a toujours appris qu’il fallait aller au bout de ses rêves, sans se soucier des obstacles qui peuvent se dresser sur sa route. C’est exactement ce que je fais. »

mail-art-trop-chanmé

« Tenue de ouf » et « couleurs trop chanmé »

Tout a commencé avec le lancement de la première émission de la youtubeuse, intitulée « T’as pas du top coat »*, dans laquelle Enjoy P. dispense régulièrement ses conseils en matière de nail art. Une émission intégralement financée par… Gemaybelline*, à grands renforts de pop-up ads survitaminées.

Comme nombre de ses consoeurs, Enjoy P. revendique une indépendance farouche vis-à-vis des marques dont elle présente les produits sur sa chaîne. Mais outre le sponsoring de son émission par la marque américaine, les trop nombreuses références de la jeune femme à « la tenue de ouf » des vernis, aux « couleurs trop chanmé » et au format « idéal » des flacons « parce qu’on les utilise jusqu’au bout sans en perdre une goutte », ont fini de part et d’autre par agacer.

« Le problème c’est qu’[avec des gens comme elle, ndlr], tout le monde est un peu mis dans le même panier. On m’accuse de plus en plus, à tort, de faire de la publicité déguisée », se plaint une consoeur dans un article consacré à l’opacité du business des blogueuses beauté. Ce dont s’est défendue Enjoy P. dans un vibrant plaidoyer 2.0 – elle avait donné rendez-vous à ses fans sur son compte Snapchat un peu plus tôt cette semaine, depuis Las Vegas, où elle lance un nouveau partenariat avec une célèbre marque de maquillage américaine.

snapchat-game

 

« Enjoy, parce que c’est ma devise dans la vie »

« Je suis choquée. Youtube c’est une passion, c’est triste de ne faire ça que pour l’argent et de demander des sommes astronomiques. Je veux vous mettre en garde […] C’est dingue que certaines filles se font de l’argent sur le dos des abonnés. Je ne dis pas que je ne fais pas de partenariats mais quand j’en fais, j’ai la décence de vous le spécifier », lâche-t-elle, amère.

Quant aux récentes allégations sur le fait qu’elle aurait pris la grosse tête, elle s’en défend en secouant prestement ses longs cheveux, désormais acajou, dans un hair flip des plus gracieux. Visiblement interpellée par notre regard ébahi, elle nous glisse, radoucie : « J’utilise de l’huile d’olive pour hydrater mes longueurs, un secret de beauté qui me vient de ma grand-mère sicilienne. Je n’ai pas trouvé mieux ! Mais attention : pas sur les racines, sinon bonjour les cheveux gras. » 

Selon nos informations, la réalité serait légèrement différente puisque pour gagner près de 300 000 euros par an rien qu’en vloguant, la jeune femme se ferait rémunérer selon une grille tarifaire de placement de produit bien ficelée. Bien qu’elle s’en soit défendue l’an passé. Mais quand on a « enjoy »pour devise dans la vie et qu’on y accole un nom d’animal légendaire ayant le pouvoir de renaître de ses cendres, on peut certainement tout se permettre.

*Les noms ont été légèrement modifiés, par souci de préservation de l’anonymat.

Vous aimerez aussi