X

Tragédieslogo

Parce que la communication est un drame

  • Nous suivre sur :

Incendies à répétition sur la twittosphère : les pompiers de Paris tirent la sonnette d’alarme

Posté le 25 mai 2016

Sujets polémiques, vidéos virales, gif animés beaucoup trop lol : la twittosphère s’enflamme de plus en plus régulièrement. Avec des conséquences parfois dramatiques.

« Cette fois-ci, on en a marre, ça peut plus durer », tonne Jean-Michel Gontrand, sergent-chef à la caserne Champerret. Le casque vissé sur le crâne et l’œil déterminé, l’homme est à bout. Depuis plusieurs jours, la colère gronde chez les soldats du feu. En cause ? La twittosphère, qui s’enflamme de plus en plus souvent.

Ras-le-bol

« Au début, ça allait, mais plus ça va, moins ça va. C’est incessant », s’emporte le professionnel du feu.

Rien que cette semaine, on a eu Cyril Hanouna qui a forcé un chroniqueur à manger un pot de Harissa, Nadine Morano qui appelle à boycotter les kebabs, et un gif de singe qui joue de la trompette avec un chapeau de cow-boy. Vous avez une idée, un peu, des répercussions d’un singe qui joue de la trompette ?

A chaque fois, le scénario est identique : en quelques instants, les premières flammèches gagnent Twitter. Quelques minutes plus tard, il est déjà trop tard pour agir. Le réseau social s’enflamme, avec un bilan souvent dramatique.

« On ne peut pas rater le virage digital »

« Il faut s’engager sans tarder dans une politique d’augmentation du nombre des pompiers volontaires. Sans ça, la charge sera trop importante et on ne pourra plus faire face », avertit le colonel Hervé Legérard, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

fire-orange-emergency-burning

Fatalement, les effets des incendies à répétition chez les Twittos commencent à se faire sentir sur les autres missions des sapeurs. La semaine dernière, le 11e arrondissement a déploré trois départs de feux et une fuite de gaz. Faute de ressources, les pompiers n’ont pas pu intervenir. « A un moment donné, c’est une question de priorité. On ne peut pas se permettre de rater le virage digital », avertit le lieutenant Oscar Fonceca.

Boulevard Voltaire, Jocelyne est désespérée : « Gribouille, mon chat, refuse de descendre d’un arbre. J’ai fait le 18, mais le monsieur que j’ai eu au téléphone m’a dit qu’il ne se déplaçait plus pour les lolcats à moins de 400 retweets ou 200 likes », se désole l’octogénaire.

Vous aimerez aussi