X

Tragédieslogo

Parce que la communication est un drame

  • Nous suivre sur :

Le secteur de la communication touché de plein fouet par l’hodorisation [SPOILER]

Posté le 24 mai 2016

Grosse baisse de régime dans les open spaces des agences de com’ ce matin : la fin du dernier épisode de la série phare de HBO, Game of Thrones, a signé l’arrêt de mort de la productivité de bon nombre de collaborateurs. Focus sur l’hodorisation, phénomène embryonnaire qui bouleverse déjà les rapports au travail.

Chaque mardi matin, c’est la même histoire : « Alors, tu l’as vu ? » Cause numéro 1, tous les printemps, d’une effervescence inhabituelle autour de la machine à café, la fin du dernier épisode de Game of Thrones, diffusé dimanche soir sur HBO – en streaming et téléchargement gratuit lundi chez nous – a provoqué une onde de choc chez la grande majorité des employés des agences de communication.

Plus encore que le départ de Prince, la mort du géant du transport à la demande a fait dramatiquement chuter la productivité dans les open spaces : selon ComScore, le secteur de la com’ serait d’ailleurs le plus touché par ce que l’on appelle déjà l’hodorisation – une tendance qui n’a pas tout à fait un jour d’existence, mais sur laquelle il faut déjà compter.

« Tenir la porte pour ma collègue m’a mis les larmes aux yeux », confie cette jeune rédactrice, qui n’hésite pas à se déclarer « en deuil ». « J’ai failli poser une demi-journée », renchérit ce community manager, qui s’était pourtant fait spoiler sur Facebook. « J’avais l’habitude de ponctuer mes messages sur Slack d’un « Hodor », je n’y arrive plus depuis », nous glisse un directeur artistique qui, encore sous le choc, n’a pas souhaité s’exprimer davantage.

Ayant totalement repensé le modèle de la mobilité, et même au-delà du Mur, Hodor est de ceux qui parlaient peu, mais qui faisait l’unanimité autour de lui. En plus de refermer une porte – celle de la productivité – sa disparition contribue à établir un nouveau contrat social en entreprise. Pas de doute : l’hodorisation est en marche. Un trajet sans retour.

Vous aimerez aussi