X

Tragédieslogo

Parce que la communication est un drame

  • Nous suivre sur :

Quand le secteur du charme s’inspire des codes de la pub alimentaire

Posté le 27 février 2017

Après le succès incontestable de la campagne « Morteau Saucisse » (« 20 cm de plaisir »), c’est au tour de la communication coquine de s’inspirer des codes de l’alim’. Au programme, quelques surprises et beaucoup de bon goût.

Marre du rose

« Passé la surprise, les consos se sont habitués à voir des pubs pour la lingerie sexy, les sex-toys ou les films X, sans parler des appels lassants à l’infidélité« . C’est par ce constat sans détour que Hubert Sinim, Creative Strategist chez Marcel, analyse le revirement de la pub typée « charme ». Trop de rose, trop de sourires coquins, c’est artificiel et ça ne convainc plus personne.

Changement de paradigme

L’inspiration évidente, la saucisse de Morteau qui assume le lien entre longueur et plaisir, a été sans doute à la source de l’épidémie. « Aujourd’hui, si je veux vendre un sex-toy, je fais un macro close up comme sur les hashtag #instafood« , explique un autre expert du secteur, « de préférence sur une nappe à carreau de bouchon lyonnais« . Paradoxalement, la chair rose du jambon en inspire certains !

Des mariages sans complexe

Ainsi la prochaine campagne Gleeden va revenir aux sources en s’inspirant de l’univers naïf et bucolique d’Herta, mettant en scène un ruisseau tandis que des couples nus font cuire des tranches de viande au barbecue (la marque ayant refusé une collaboration officielle). Womanizer, leader sur le segment des sextoys anthropomorphes, présente désormais ses produits en maxi zoom, « comme pour Burger King. L’essentiel, c’est de valoriser la texture rugueuse, de booster la perception des dimensions, et de capter quelques reflets évocateurs » explique-t-on du côté de la brand equity.

« Terroir & bio » pour Dorcel

Enfin le mouvement qui caractérise le mieux la tendance s’incarnera sans doute dans l’alliance entre Marc Dorcel et l’agence Jesus, experte en FMCG/Agroalim. L’idée : réinstaller le poil comme facteur de différence et d’affinité, dans une expression « terroir et bio« . On est impatient de voir le résultat !

Vous aimerez aussi