X

Tragédieslogo

Parce que la communication est un drame

  • Nous suivre sur :

Viré pour avoir oublié sa barbe

Posté le 29 juin 2016

Afin d’être pris au sérieux dans le milieu dilettantiste de la communication, ce directeur de clientèle plutôt conservateur portait une fausse barbe. Un subterfuge au poil jusqu’à un malheureux oubli.

8919691420_fd3ecf9909_o

 Tous les matins, c’était le même rituel. Avant de prendre le RER C qui l’emmène de son Versailles natal au 11ème arrondissement Parisien, Jean-Eudes fait sa toilette matinale et se rase de très prés. C’est seulement après avoir embrassé ses enfants (Matthieu, Marc, Luc et Jeanne) que Jean-Eudes se pare d’une barbe postiche et d’une paire de lunette de “créateur“.

 Quand j’ai commencé dans la communication, je revendiquais mes idées plus conservatrices et mon amour de la peau lisse. Mais peu à peu, je me suis rendu compte que les directeurs d’agence étaient barbus. Et plus ils étaient hauts dans hiérarchie, plus il avait une belle barbe. J’ai donc décidé de m’en procurer une et de la porter au quotidien. En quelques mois, j’ai grimpé l’échelle hiérarchique. Raconte Jean-Eudes à notre correspondant.

Mais un jeudi de malheur a mis fin à cette supercherie. Jean-Eudes a passé la soirée du mercredi à organiser le baptême de sa nièce. Il se réveille avec un sacré mal de tête, en oublie sa barbe postiche et part pour son travail. Sur place, personne ne le reconnaît. Il donne des ordres normaux sans comprendre pourquoi personne n’exécute. On le prend même pour le stagiaire de la compta (son polo, sans doute ?).

Dans un excès de colère, il hurle sur le PDG et se fait maitriser rapidement par l’homme de ménage. Reconnu grâce à sa carte de fidélité chez DemainBioCeSeraBon, l’entreprise le licencie pour fausse identité, usurpation de CSP et vote pour Nicolas Sarkozy en 2007.

La barbe est un stéréotype de la masculinité féminisée à outrance. La barbe devient un objet de beauté, de charme et de domination sociale. Elle renvoie à la société l’image d’un Œdipe enfin réconcilié. Explique Jean-Jacques Roussos, sociologue du poil.

Jean-Eudes travaille maintenant à Versailles chez Habemus Papam Consulting, une agence qui lui convient au poil.

Vous aimerez aussi